Download!Download Point responsive WP Theme for FREE!

Fotolia, des images, pas de la photographie.

05171490-photo-logo-fotolia

De nombreux articles traitent déjà de cette société Fotolia, qui doit être le plus grand site Microstock de photos en vente sur le net.

Ce petit article n’aura pas pour but de monter le caractère scandaleux connu de cette société car de nombreux articles existent déjà à ce sujet.

Je voulais simplement vous présenter mon expérience avec ce site.

Dans le courant de l’année 2010, j’entends parler de cette entreprise qui existe déjà depuis plusieurs années. Cette société fonctionne d’une manière des plus classiques. Elle vend les photos, images, dessins, d’utilisateurs sur sa plateforme pour ensuite récupérer plus des 3/4 de la somme de votre image vendue. Elle vous en reverse ensuite 1/4 (qui est soumis à l’impôt américain si je ne me trompe pas). Vous obtenez donc moins d’un 1/4 de la vente.

J’étais assez interloqué par ce fonctionnement. Je fais différentes recherches sur le net où j’observe déjà que la plupart des photographes se plaignent de la rétribution affligeante qui leur est reversée.

Je décide donc simplement de faire un petit test. Je m’inscris sur le site et je place un peu moins de 100 photos. Au fur et à mesure, je commence un peu à comprendre le fonctionnement de ce site microstock.

Evidemment, on ne place pas 100 photos directement comme ça. Chaque photo doit être répertoriée dans une catégorie à choisir et il faut ensuite placer un ensemble de tags afin que cette photo puisse être retrouvée par les acheteurs potentiels. Le problème c’est, qu’une fois cette insertion longue et fastidieuse effectuée, ça n’est pas pour autant que la photo sera acceptée.

En gros, les photos sont acceptées de manière totalement arbitraire même si soi-disant certains critères prévalent. Ainsi, si vous placez 10 photos, vous n’avez aucune chance d’en avoir plus de 5 retenues. (4 avec de la chance)

J’ai donc plus ou moins 80 ou 90 photos acceptées sur le site. J’ai dû en placer plus du double.  Dans ses 80 photos, il y a de tout. Je choisis évidemment des photos susceptibles d’être recherchées. J’insère  des paysages de vacances (tourisme), d’autres utiles dans un cadre publicitaire et puis d’autres vraiment au pif car j’en avais déjà marre à la fin.

Ensuite les ventes commencent. Si la photo se vend 1 euro, vous obtenez 0,25 € grand maximum, c’est le début de la richesse (lol). Le site donne la possibilité aux acheteurs d’avoir un abonnement et là vous toucherez encore moins d’argent…

Après 2 ans, je reviens sur le site sans avoir rien ajouté  depuis le début. Je voyais dans ma boite mail des photos se vendre de temps en temps, c’est assez marrant et ludique dans un premier temps. De plus, je suis assez étonné de voir certaines mauvaises photos se vendre un grand nombre de fois. Ainsi, je vends plus de 30 fois une photo d’un parc que j’avais photographié à Nantes (dans une catégorie jardinage) et une photo d’une pièce complètement ravagée par l’humidité dans le cadre d’une mes sorties urbex (taguée sur assurance maison).

Evidemment, les belles compositions  ne sont pas achetées (paysages d’Indonésie, etc.). Je comprends vite qu’on est effectivement sur un site purement commercial où certaines entreprises viennent vite  prendre quelques photos pour créer leurs sites, brochures, catalogues, etc.

Peu de gens vont donc sur Fotolia acheter une photo pour eux mêmes ou pour en faire un cadre photo…

Après deux ans, je perçois 50 euros, ce qui n’est absolument rien du tout et qui ne me rembourse même pas, à l’heure, le temps passé à mettre les photos sur le site. Attention, Fotolia vous oblige à recevoir le montant des ventes par paypal, qui va encore prendre sa commission au passage. Je n’ai plus 50 euros mais peut être 46 ou 47 euros.

Voilà le test. 2 ans, 50 euros de gagnés. A la fin de l’année 2012, je laisse toutes les photos sur le site. 1 an plus tard, je devais avoir gagné 10 euros de plus. En gros, Fotolia a dû se faire au moins 5 fois la somme que j’ai gagnée soit 250 ou 300 euros, ce qui n’est pas non plus énorme me direz- vous.

Depuis  le début du mois de janvier 2014, j’ai décidé de tout retirer. Je me suis dit que je  préférais ne plus gagner 1 seul euro que de voir Fotolia en gagner 4 ou 5 fois plus.

Au final, je ne vais pas critiquer le fonctionnement du site car je savais très bien à quoi m’attendre. Le site est clair, il vous plume dès le départ. Il peut être intéressant pour une personne qui y place 2000 photos minimum répertoriées et qui touche plusieurs centaines ou milliers d’euros par ans. Certaines personnes ne vivent que par Fotolia. Il faut imaginer le gars  remplir tous les jours ses tags sur sa bête photo publicitaire, c’est assez schizophrénique au final.

La question à se poser dans le cas de Fotolia, est-on encore dans le domaine de la photographie?

Pour moi la réponse est très claire, « plus du tout ». Fotolia ne vend pas de la photo mais de l’image.

Si vous souhaitez gagner un peu d’argent avec vos photos, ne vous prostituez pas à vendre sur ce site. J’invite d’ailleurs tous les petits utilisateurs à retirer l’ensemble de leurs photos. Comment peut-on vendre le travail de quelqu’un et lui reverser 1/4 ou 1/5 de sa création? Ça n’est ni plus du moins du vol légalisé et socialement accepté par les utilisateurs. Les gens continuent de faire fonctionner la machine Fotolia car ils pensent qu’un montant élevé  et reversé pourrait compenser leur future frustration de leur maigre commission. Ça ne sera pourtant jamais le cas, à moins d’habiter dans un pays sous développé ou de passer ses journées à insérer des photos sur le site.

Certains professionnels en photographie publicitaire se plaignent aussi de ces microstocks car ces sites les empêchent maintenant d’obtenir des commandes. La photo devient peu chère et accessible partout sur la planète, mais nous sommes déjà dans un autre débat…Ce type de site tue effectivement la photographie professionnelle mais ça n’est pas nouveau.

Je voulais simplement écrire ce petit article pour tous les internautes qui sont actuellement arrivés sur mon blog comme quand je faisais moi même  des recherches en 2010 sur Fotolia, en me demandant « y-a t’il vraiment un intérêt? Devrais-je essayer? »

L’expérience Fotolia a pour mérite de m’avoir fait réfléchir sur la photographie de manière générale, en plus de l’argument financier inacceptable. Placer des photos  et les vendre dans un but purement publicitaire et commercial n’est absolument pas la vision que j’ai aujourd’hui de la photographie.

Je finirai par des mots très durs. Je pense que les créateurs de cette société ne peuvent pas être de vrais amateurs de photographie à la base. On ne peut créer ce genre de site en prenant le travail des autres pour ensuite les rétribuer une véritable misère.

Il ne tient qu’à vous de ne jamais vous inscrire sur ce type de site ou d’immédiatement enlever toutes vos photos. Au final, nous sommes tous responsables de l’enrichissement aberrant de ce genre de société que nous avons d’une certaine manière allaité et fait grandir dès leur naissance.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *