Download!Download Point responsive WP Theme for FREE!

Carl Zeiss ZM Biogon 25MM F2.8 (Sony Nex 5n et Sony A7)

Voilà le premier test d’une série de trois au sujet des objectifs Carl Zeiss ZM .

DSC08719

DSC08691

Je vais partager ce test en deux parties afin de vous donner mon impression par rapport à son utilisation sur les deux types de format. Avant tout, petite description de l’objet au niveau de sa construction. C’est un Zeiss, construction entièrement métallique, dense, ça sent la solidité à l’état pure.  On a entre les mains quelque chose de très ben construit, c’est un objectif à mise au point manuelle avec absence d’électronique. On est donc sur du matériel très pérenne  A l’intérieur de la boîte, le certificat habituel de contrôle de l’objectif indiquant son absence de vice. Il n’y a donc rien à dire sur la construction.

Cependant, petit bémol sur la mise au point. L’objectif donne une impression de léger frottement dans les allés et retours. Si ce léger frottement n’empêche en rien de déclencher, il fait un peu perdre tout la magie d’utilisation d’un tel objectif. Après plusieurs recherches sur internet, je constate que de nombreux utilisateurs ont également le même problème qui serait lié à l’emploi d’une nouvelle graisse bio. Cette graisse sécherait plus vite, amenant l’objectif à devoir être regraissé 4 ou 5 ans plus tard, en cas d’utilisation récurrente dans de fortes températures.

L’objectif comme tous les autres de la classe ZM est garantie 3 ans. Je décide donc de le renvoyer 6 mois après au SAV, afin de résoudre le problème. Je me permets ici une petite parenthèse pour mettre en avant le professionnalisme du SAV Zeiss à Oberkochen en Allemagne. Une fois le colis envoyé, vous êtes directement averti par mail  quelques jours plus tard de la date à laquelle vous recevrez chez vous votre objectif. Un professionnalisme à toute épreuve. Le caillou revient nickel avec pour remarque, qu’il s’agirait d’une petite crasse qui était présente dans le système de mise au point. Bref, cette mésaventure montre qu’il est donc préférable d’acheter ce caillou en magasin plutôt que sur internet ou de s’arranger avec le vendeur en ligne pour voir si un échange direct peut être possible en cas de mécontentement.

La map est donc bonne, onctueuse mais pas autant que la série d’objectifs Limited FA de Pentax. La comparaison est peut être difficile car le système de mouvements des lentilles flottantes est différent sur ces objectifs télémétriques.

 

Sur le format APSC (Sony Nex 5n)

J’utilise donc l’objectif sur mon nex 5n et nex 5r. Sans utiliser encore de graphique ou autres tableaux d’analyses, c’est pour moi le meilleur objectif manuel que j’ai pu utiliser actuellement sur le format APSC. J’avais lu sur internet que ce Zeiss ZM Biogon 25mm était le meilleur de la série Zeiss ZM et il est vrai que son piqué est extraordinaire. Il transmet une image assez contrastée et légèrement saturée provoquant un rendu époustouflant. Les couleurs sont vraiment plaisantes. Possesseur du Biogon 35mm F2, le ZM 25 est encore un cran au dessus au niveau du piqué. L’objectif ne montre pas d’aberration chromatique.

A F2.8, ça pique déjà énormément. A F5.6, on est au top. A F8 et F11, on a des images parfaites dont le piqué reste constant du centre au bord. Voyez les  photos, le rendu est vraiment intéressant. Je joins également une photo de manière à montrer le  piqué au centre en croppant.

L’objectif ne provoque aucun coin magenta, ni vignettage sur le sony nex 5n et 5R (le nex 6 aussi vu qu’il est composé du même capteur). J’ai entendu que sur le nex 7, on pouvait légèrement observer ce phénomène, peut-être à cause du capteur 24 millions de pixels.

Il y a bien évidemment quelques défauts liés à mon utilisation avec le nex 5n. D’abord, l’objectif est un peu plus grand que le ZEISS Biogon 35mm. Sur le nex 5n, même si la prise en main reste correcte, cette petite longueur se ressent. Par exemple, sur un nex 6 ou 7, cela ne se ressentira pas vu que le boitier est plus imposant. Deuxième point négatif, le flare peut facilement apparaitre sans pare soleil sous une forme blanchâtre ou bleu quand une source lumineuse est dirigée vers l’objectif.

A ce sujet, je déconseille l’achat des pare-soleils Zeiss qui coutent atrocement cher. Pour le format APSC, vous trouverez à quelques euros sur Ebay, des pare-soleils se vissant sur le filtre.

Attention, ces pare-soleils vissant ne fonctionnement que pour le mode APSC  car en plein format vous aurez du vignettage. Toujours dans l’utilisation, je trouve que l’échelle de mise au point est assez longue. Si pour certains c’est un avantage,  je trouve que pour des photos rapprochées, ça n’est pas génial avec le focus peaking rapide ou une utilisation à la loupe, contrairement au Biogon ZM 35 ou la map sera plus facile car courte.

Un autre point désagréable mais cependant logique, c’est la PDC à F2.8. Si vous faites des photos par exemple en intérieur à pleine ouverture et que la mise au point est à plusieurs mètres, le cliché restera quand même flou sur les bords malgré  que l’objectif est un grand angle taillé pour le plein format.  Vous allez me dire qu’on ne peut pas avoir du net, du centre au bord. Je vous répondrais qu’avec un caillou prévu à la base pour le FF, ça pourrait être le cas pour un hyper grand-angle. (par exemple avec le Voigtlander Heliar 15mm F4.5, on est vite en hyper focale)

Je conseille donc l’utilisation de cet objectif fabuleux sur le format APSC chez Sony. Sa focale équivalente à 37,5mm (en plein format) vous permet de l’utiliser comme un objectif passe partout. Toutefois, le prix reste très élevé. Je recommande dès lors dans un achat d’occasion en vérifiant bien la mise au point. C’est vraiment le critère important car si la graisse n’est plus de première jeunesse, un passage au SAV risque de couter minimum 100 euros et l’utiliser sans une bonne map serait un sacrilège. Cet objectif reste comme un bijou rien que dans sa construction. Il est un véritable plaisir au niveau du toucher de ces bagues. La bague de diaphragme crantée entre les différentes focales est également très plaisante. Ce Zeiss ZM full métal donne envie de jeter tous ses objectifs en plastiques…

 

Sur le plein format (Sony A7)

Sur le Plein format, le Zeiss ZM BIOGON 25MM F2.8 est donc un grand-angle. Cet objectif a d’ailleurs été prévu pour cela quand il est sorti dans le courant des années 2000. Je reprécise que le caillou est à la base un grand -angle créé pour les appareils photos Leica argentique.

En achetant mon Sony A7, j’avais déjà pu lire pas mal de tests indiquant qu’aucun objectif télémétrique n’était bon en dessous de 35mm, (certains disent même 50mm).

Plusieurs tests me montent que le biogon 25mm est une véritable catastrophe sur l’A7R. Je vois effectiemment sur internet des clichés avec des ciels et coins magenta.

Dans mon utilisation avec mon A7, on constate le vignettage très importtant à F2.8 et là la PDC est évidemment encore plus courte qu’en APSC rendant l’ouverture limite inutilisable pour des photos de groupes ou d’intérieur si on veut garder des détails sur les bords. Le vignettage disparait pratiquement vers F8 ou F11. C’est d’ailleurs dans ces deux ouvertures ou l’objectif sera réellement utilisable pour du paysage ou de l’architecture. Ces ouvertures F8 et F11 lui permettent d’obtenir le meilleur de lui-même dans ses bords et coins et ça n’est pas malheureusement pas génial à mon goût.(Attention je suis maniaque) Je vous conseille par ailleurs de l’utiliser à F11 avec un seul cran en plus vers F16, la différence m’a l’air notable sur les coins.

Utilisable, correct, dès fois bon mais jamais excellent, voilà comment on peut qualifier le ZM biogon 25mm de manière générale sur le Sony A7. Les photos à l’infini ne seront jamais bonnes dans les coins, ni dans les bords du fait que la lentille se rapproche trop du capteur. Une espèce de flou se crée dès lors sur les coins. Des coins magenta pourront également apparaître  en extérieur et en plein soleil (à contre jour). Ce phénomène n’est pas trop apparu avec mon Sony A7 mais serait récurrent sur l’A7R. Par contre, sur des plans plus rapprochés, comme à l’intérieur d’une maison ou d’un monument, la mise au point n’étant pas à l’infini et la lentille s’éloignant un peu du capteur, les bords et coins resteront bons. L’objectif est donc plus ou moins bon en fonction de son utilisation. Le grand angle est souvent utilisé pour du portrait de près en reportage. Dans ce cadre là à F2.8,  avec le vignettage, le rendu sera également plaisant. Le piqué est donc énorme sur le milieu tout en se perdant sur les bords et les coins comme dans la plupart des objectifs. Vous comprenez dès lors pourquoi cet objectif fonctionne à merveille en format APSC, Il n’utilise que la meilleur partie de sa lentille. Si vous recherchez maintenant un grand angle avec un centre hyper piqué  et que les coins ou bords ne sont pas forcément une grande préoccupation pour vous,  il pourra vous intéresser dans l’attente d’une sortie chez Sony. C’est d’ailleurs pour cela que les tests sont mitigés à l’égard de cet objectif sur internet.

En résumé, pour une utilisation de paysages à l’infini, l’objectif n’a rien de très bon mais reste utilisable. Pour tout autre type, il restera bon et utilisable avec un piqué énorme au centre faisant un peu oublier les bords et les coins. Je ne le conseille toutefois pas à l’achat pour l’utiliser avec le Sony A7. Maintenant, il donnera surement de très bons résultats avec le Sony A7S et cette problématique de coins devrait disparaître. Pour l’A7R, c’est cependant à proscrire complètement. L’objectif reste néanmoins plaisant pour sa compacité. Quoiqu’il en soit, si vous en êtes déjà possesseur de ce caillou sur un appareil APSC, autant le garder pour l’utiliser sur le FF.

J’ajoute que le logiciel interne (et payant) pour le Sony A7 et A7R « Lens compensation », permet de réduire la problématique du magenta ou du vignettage. Je le conseille avec ce Biogon pour toutes les photos en extérieur ne dépassant pas 400 iso. Le traitement permet ainsi de passer inaperçu en Raw ou en Jpeg. Pour des clichés en intérieur à iso élevés, je déconseille complètement car des traces de traitements sous forme de bruits seront visibles. A noter que le logiciel « Lens compensation » peut dès fois faire ramer l’appareil. De manière générale, ce logiciel est le bienvenue pour réduire de manière drastique le vignettage à F2.8. Il est utile mais pas forcément indispensable si vous aimez post traiter vos photos.

N’ayant aucun grand-angle pour le moment sur le Sony A7, je l’utilise mais certains clichés ne me plaisent pas au niveau des coins. Je compte néanmoins garder cet objectif qui reste une pépite grâce à son piqué de fou au milieu. Il reste juste à savoir pour quel type d’utilisation  en FF. En APSC, il reste au top !

J’ai aussi envie de vous dire que je n’ai jamais été réellement satisfait des objectifs grand-angle que j’ai pu tester aussi bien en APSC qu’en FF. Par exemple, j’ai également testé sur mon Sony A7 le Voigtlander color Skopar 20mm F3.5 en version reflex. Si les coins sont meilleurs, la qualité global du cliché au niveau du piqué n’est pas excellente et n’atteindra pas ce Biogon 25mm. Ce qui reste frustrant, c’est qu’à l’heure d’aujourd’hui, il n’y a aucun grand-angle vraiment très bon et satisfaisant sur le Sony A7,A7 et A7s. Ca devrait arriver pour le début de l’année 2015 avec un 24mm FE,  espérons le vite !

En tant qu’utilisateur, le rôle de mes articles est de vous donner un sentiment réel quant à l’utilisation de  chacun des mes objectifs. Mon but n’est pas d’enjoliver chaque produit dans un but de lucre. Si vous  souhaitez acquérir ce superbe objectif Carl Zeiss Biogon ZM 25mm F2.8 pour l’un de vos appareils photo hyrbides ou simplement pour l’un de vos appareils Leica, Pourriez vous l’acheter via le lien texte amazon ci-dessous. Cela me permettra d’obtenir une commission de quelques euros et d’ainsi continuer à faire vivre ce blog de tests. Le prix du Carl Zeiss ZM Biogon a baissé de plus de 200 euros en 1 an, son prix est actuellement très intéressant en version chromé et reste le moins cher sur le site Amazon.

Carl Zeiss ZM Biogon T 2,8/25 ZM (version Argent)


 

Photos avec le Zeiss ZM Biogon 25mm et le Nex 5n (Format APSC):

 

essai Crop

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony Nex 5n

 

 

 

Photos avec le Zeiss ZM Biogon 25mm et le Sony A7 (Plein format) :

 

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon ZM 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon ZM 25mm F2.8 + Sony A7

 

Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7
Carl Zeiss Biogon Zm 25mm F2.8 + Sony A7

 

 

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *